Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Poètes des îles de la lune
  • Poètes des îles de la lune
  • : Blog destiné à faire connaitre les œuvres artistiques et poétiques des îles de la lune ''Comores ''
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Archives

20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 12:53
Hommage à Fundi Abdalla Youssouf Le hall de l’Alliance franco comorienne de Moroni est bien garni depuis  le début de ce mois de décembre. L’événement n’est pas passé inaperçu pour les adhérents de l’institution et a même eu le privilège d’accueillir lors du vernissage le Président de la république et des diplomates accrédités dans notre pays. 

 

Placé sous le haut patronage du Commissariat national à la culture, l’exposition a eu le concours de la mairie de Moroni et de l’Alliance franco comorienne. Sa particularité fut de rendre un hommage mérité aux premiers initiateurs de l’art de la calligraphie que sont entre autres Fundi Abdallah Youssouf originaire de Moroni.

 

            ‘’Calcamart’’ un nouveau né dans le paysage artistique à l’instar d’autres organisations artistiques de la place révèle à travers cette exposition des talents cachés dans l’art du dessein et de l’écriture ‘’impressive’’.

 

            Avec plus de 30 tableaux travaillés tantôt à la toile, au bois, ou par la photographie, et d’autres par des collections, le visiteur se sent parfois perplexes pour interjeter des émotions à travers un couché de soleil prédisant le cycle du temps qui file, ou la révolte pour la liberté d’expression et plus loin de la passion de l’artiste à partager d’autres cultures ou des sentiments d’un mariage de civilisation.

 

            Ceci étant bien justifié par les styles d’écriture employés en caractère latin, arabe et chinois. D’où le cris de l’écriture lancé par des jeunes comoriens réunis par la passion partagée de la calligraphie dont Mohamed Ambidi, Said Omar Said Athoumani, Abdoul Hakim Moindjié et le ‘’gendarme poète’’ Mab - Elhad qu’on ne présente plus.

 

            Tout un chacun se dit inspiré de l’écriture pour donner une certaine valeur interprétative. Pour ne citer que Ambidi, qui a décroché le 2ème prix du 4ème Festival de dessein des  États Arabes à Sarja en 1999, il définit l’art de l’écriture comme étant ‘’ l’expression de la beauté par la perspective autographique ou graphologique.’’

 

            Invité par les organisateurs lors du vernissage, le Président Sambi a pris la parole et dit en substance : « Je voudrais féliciter nos artistes pour la qualité de l’ensemble des œuvres présentées. Il est satisfaisant et encourageant de découvrir que ce ne sont pas des artistes qui nous viennent de l’extérieur, pour nous présenter une telle merveille, mais bien des jeunes autodidactes qui ont su aller jusqu’au bout de leurs ambitions. Ce que je dirai à cette jeunesse venue admirer l’exposition, c’est tout simplement qu’il ne suffit pas d’admirer. Il serait mieux de s’en approprier et se mettre à l’œuvre en suivant l’exemple de nos quatre artistes talentueux ici présent. Je tiens tout simplement à les encourager ».

 

            En signe d’encouragement, le Président Sambi acquerra un tableau intitulé ‘’Bismillah’’ avec une calligraphie d’oiseau  dont, une autruche sur une plage.

 

                                                                                                                      A.Nabahane

Repost 0
Published by A.Nabahane de La Gazette des Comores - dans Calligraphie
commenter cet article
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 16:53
                                                                                            ''Le cri de l'Ecrit -Art ''

Plus d’une trentaine de tableaux aux motifs et couleurs soigneusement choisis par quatre artistes ornent la galerie d’exposition de l’Alliance Franco Comorienne de Moroni du 16 au 30 décembre 2009, en hommage au regretté Fundi Abdalla Youssouf, distingué dans les différents discours prononcés pour la circonstance comme un pionnier de la calligraphie aux Comores.

Le Président Sambi signant le livre d'or de calcamart


Le vernissage de la première exposition de la jeune association des artistes comoriens en calligraphie, ‘’Calcamart’’, a eu lieu à l’Afc de Moroni, Lundi 15 décembre. Placé sous le haut patronage du Commissariat national à la culture, à la jeunesse et aux sports, en partenariat avec la Mairie de Moroni, et l’Alliance Franco comorienne, l’événement a eu l’honneur de recevoir le Chef de l’État Ahmed Abdallah Mohamed Sambi entouré de plusieurs personnalités notamment, du Vice Président Ikililou, de ministres et de diplomates. L’exposition ‘’ Le cri de l’Ecrit – Art’’ est la première en calligraphie Arabe et Latine réalisées par des jeunes comoriens. Ces derniers ont tenu ainsi à rendre hommage Fundi Abdallah Youssouf, distingué dans les différents discours prononcés pour la circonstance comme un pionnier de la calligraphie aux Comores. Plus d’une trentaine de tableaux aux motifs et couleurs soigneusement choisis par quatre artistes ornent la galerie d’exposition de l’Afc de Moroni du 16 au 30 décembre. Le Maire de la capitale Said Ahmed Said Ali, a souligné que cette exposition permet aux jeunes artistes de prendre le devant d’une politique de la culture et des arts que compte entreprendre sa municipalité. Les artistes Said Omar Said Athoumane, Mab Elhad, Abdoul – Hakim Moindjié et Mohamed ambidi Mohamed Toyb ont rivalisé, chacun avec toute la force de son imagination, leurs talents de faire parler le pinceau sur la toile. Les œuvres exposées sont en calligraphie arabe et latine révélant l’imbrication, de la culture arabe, perse et bantoue dans la société comorienne. Le secrétaire Général au Commissariat National à la Culture, Soilihi Moumini, au nom du Commissaire, a apprécié ‘’l’esthétisme de l’art symbolisant l’appartenance des Comores au monde arabe tout en affichant l’amitié avec la Chine’’ faisant allusion a un tableau portant des signes de l’écriture chinoise. Le Président de l’Union des Comores Sambi, dont le tableau ouvrant l’exposition est réalisé à son patronyme, a exprimé, enfin, son appréciation sur le talent des jeunes artistes. Il s’est beaucoup réjoui du fait que tous sont des autodidactes nationaux, et a encouragé les jeunes à ‘’être acteur plutôt que spectateurs’’. Le mot de bienvenue a été prononcé par l’ambassadeur de France à Moroni, Luc Hallade, en tant que président du comité directeur de l’Afc, selon le Secrétaire général au commissariat à la culture, ‘’c’est la première fois qu’un président assiste au vernissage d’une exposition à l’Afc.’’ Le nom du Président Sambi est gravé sur un tableau avec cette écriture que l’artiste Said Omar nomme ‘’hatwi Kamariyi’’. Une police d’écriture ‘’d’invention comorienne’’, soutient l’étudiant en première année de Commerce à l’UDC et amateur du dessin dès son enfance.Son collègue Mohamed Ambidi M.Toyb, qui est à sa troisième exposition fonde son ‘’avenir sur le pinceau’’. Il a déjà représenté les Comores au 4ème Festival des arts du monde arabe aux Emirats et exposé au Palais du peuple dans le cadre du Forum économique des îles de l’Océan indien. MAB Elhad est à son troisième exposition de calligraphies après une demi douzaine sur la photographie et avoir vu son œuvre publié sur les billets de banque comorien en lettres filigranes. Faire un crochet dans le hall de l’Afc vaut la peine pour découvrir entre autres tableaux ‘’Comores, entre le ciel, la mer et le devoir d’aimer son pays’’, Le monde est une fusion et une désunion constantes’’, ‘’ L’Amour comprend toujours les langues’’, L’ombre de Djamou sur les îles de la lune’’ ou encore ‘’ Dieu est beau, il aime la beauté’’. Autant de figues aux expressions différentes dont la compréhension n’est pas à la portée de tout le monde.Les artistes parlent d’une danse des mots.
                                                                M.Soilihi Ahmed
Repost 0
Published by M.Soilihi Ahmed Journal Alwatwan - dans Calligraphie
commenter cet article
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 20:11
Invité à Marseille par l’association Nuits Métis pour présenter ses travaux artistiques au public de la cité phocéenne, Mab Elhad, poète, photographe, calligraphe mais aussi gendarme a rencontré les membres de la communauté comorienne, notamment les plus jeunes. « Je suis très heureux aujourd’hui d’être à Marseille, et surtout de rencontrer les jeunes comoriens » a déclaré Mab Elhad pendant qu’il dédicaçait son livre, Kaulu la mwando, à Karthalah musique, boutique dédiée à la culture noire. « La poésie c’est un art qui se lit très peu, déplore l’artiste, voilà pourquoi j’ai décidé de la promouvoir jusqu’ici ». C’est justement ce qu’il a réussi à faire à la Savine, quartier nord de Marseille où il s’est livré pendant près d’une heure à une séance de calligraphie avec les minots du quartier. « J’ai essayé d’inciter les enfants à jouer avec les mots et à prendre plaisir à l’écriture » a expliqué le poète à la fin de la séance. Pari réussi, car les enfants ont montré leur enthousiasme. « Nous sommes contents de travailler avec lui, confie Maissara, 12 ans. Il nous a parlé de la poésie et de bien d’autres choses ». Mariama, elle, dit pourquoi elle aime la poésie : « parce que c’est doux, ça rime et parfois c’est calme, ça donne plus de mots ». Et à partir des mots choisis par les petits, un poème a été composé dont voici des extraits : J’aime la Savine, quartier où je suis né. Ici nous sommes entre voisines, nous respectons nos aînés. Avec d’autres jeunes des quartiers de la Gavotte et de la solidarité, Mab travaille à la création d’un spectacle sur les thèmes du silence, de la parole et de l’exile qui sera présenté lors du prochain festival marseillais. Après sa tournée agréable des quartiers marseillais, Mab Elhad, poète engagé, devrait regagner les Comores ce mardi et reprendre son métier de gendarme qu’il exerce avec tant d’enthousiasme depuis vingt ans. Kweli/30/07/ Avec l'aimable autorisation de KWELI le magazine qui vous ressemble et vous rassemble !
Repost 0
Published by Kweli Magasine - dans Calligraphie
commenter cet article